Expérience

Irene

J’aurais dû le faire bien plus tôt !

Irene est une patiente de la Da Vinci Clinic


« J’y pensais déjà depuis un moment de faire le traitement miraDry. J’utilisais des antitranspirants depuis des années, parce que les déodorants n’étaient pas assez efficaces. Et je devais utiliser l’antitranspirant chaque matin, sans faute. Si je ne le faisais pas, en moins d’une heure, j’avais les aisselles mouillées.

Rapidement servie

Il y a quelques semaines, j’ai appelé la Da Vinci Clinic à Beerse pour prendre rendez-vous et j’ai pu l’obtenir très vite. Le 2 octobre 2015, j’ai été traitée par une infirmière, Dorien. Elle m’a immédiatement mise à l’aise et a commencé les préparatifs. Désinfecter les aisselles, placer le tatouage (pour piquer aux bons endroits), puis elle a commencé à injecter l’anesthésique. Ça, c’était vraiment désagréable, mais l’infirmière était rapide, donc j’étais rapidement débarrassée. Ensuite, elle a commencé le traitement. Je n’en ai rien senti, ouf ! Après le traitement, j’ai reçu des packs de glace pour refroidir les aisselles et je suis rentrée chez moi en voiture.

Bien expliqué

L’infirmière a tout expliqué, étape par étape, et ainsi, je savais toujours à quoi m’attendre. C’était très rassurant !Entre-temps, il y a 2,5 semaines et je n’ai toujours pas dû utiliser de déodorant ou d’antitranspirant. Quel bonheur, adieu les mares sous les aisselles ! C’est cliché, mais j’aurais dû le faire bien plus tôt !

Rassurée

Les premiers jours après le traitement, mes aisselles étaient toutes bleues et très gonflées. Surtout les 2 premiers jours, je n’arrivais pas à fermer mes bras. Les aisselles étaient très sensibles, ce qui est normal après un tel traitement. Même maintenant, mes aisselles sont encore sensibles et je sens des petites bosses. Entre-temps, j'ai appelé l'infirmière et elle m'a rassurée en me disant que c'était normal et que cela pouvait prendre jusqu'à 3 mois avant que les aisselles aient entièrement récupéré.

Résultat

Dans 3 mois, j’ai un autre rendez-vous avec l’infirmière pour discuter du traitement et du résultat. J’espère que je serai toujours satisfaite et que je n’aurai pas besoin d’un deuxième traitement. »
Je devais utiliser l’antitranspirant chaque matin, sans faute. Si je ne le faisais pas, en moins d’une heure, j’avais les aisselles mouillées. Grâce à miraDry, je suis débarrassée du problème !

Dr. Christine Dierickx

Pour moi, en tant que médecin, c’est toujours très agréable de voir des patients qui ont autant de bénéfice d’un traitement.

Dr Christine Dierickx est dermatologue chez Skinperium


Dr Christine Dierickx est une autorité dans le domaine de la dermatologie cosmétique. Elle est une intervenante très demandée dans les congrès internationaux et elle est experte en dermatologie esthétique et en chirurgie au laser. Dans son cabinet privé à Boom, Dr Dierickx est toujours la première à disposer des dernières technologies et techniques. Ce n’était donc pas si bizarre qu’elle était parmi les premiers en Belgique à réaliser les traitements miraDry : « Pour certaines personnes, les traitements miraDry sont vraiment une expérience qui change leur vie. Physiquement et émotionnellement, c’est tout un monde qui s’ouvre à eux. Finie la honte des aisselles mouillées et des odeurs de transpiration qui vont avec. Pour moi, en tant que médecin, c’est toujours très agréable de voir des patients qui ont autant de bénéfice d’un traitement.

Sain

La première question que les gens me posent toujours quand ils entrent dans mon cabinet est si ce n'est pas mauvais pour la santé d'éliminer les glandes sudoripares des aisselles. La réponse est très courte et claire : c’est absolument sans danger. Seulement 2 % de toutes les glandes sudoripares se trouvent dans les aisselles. Après l’élimination des 2 %, les 98 % de glandes sudoripares restantes prennent le relais.

Sûr

De plus, on détruit très sélectivement les glandes sudoripares, les autres tissus ne sont pas abîmés. Surtout les patientes qui ont des antécédents de cancer du sein trouvent que c’est une zone dangereuse pour intervenir. C’est pourquoi j’utilise toujours une anesthésie tumescente. Ceci implique que je crée beaucoup de volume (un genre de petits coussins) entre la transpiration et les glandes sous-jacentes.

Durable

Un autre aspect important pour les patients est le résultat durable. Les glandes sudoripares sont uniquement formées pendant la phase embryonnaire. Plus tard, le corps n’est plus en mesure de fabriquer des glandes sudoripares. Cela signifie que lorsque les glandes sudoripares sont éliminées, elles ne reviennent plus jamais. Définitivement débarrassé de la transpiration excessive donc après un traitement miraDry. »

Pour plus d’informations

Skinperium, Dr Christine Dierickx, Beukenlaan 52, 2850 Boom, Belgique www.skinperium.com.
Pour certaines personnes, les traitements miraDry sont vraiment une expérience qui change leur vie. Physiquement et émotionnellement, c’est tout un monde qui s’ouvre à eux.

Test comparatif miraDry

Voici des opinions de personnes ayant participé au test comparatif de miraDry


Pour montrer quel est l’effet de miraDry, plusieurs patients ont été traités uniquement à l’aisselle gauche. Après quatre semaines, ils devaient faire 30 minutes de vélo. Immédiatement après le vélo, des photos ont été prises pour comparer l’aisselle droite (non traitée) et l’aisselle gauche (traitée). Le résultat est clairement visible. Les patients ont dit ce qui suit du traitement miraDry :

Michelle - 39 ans

« Je ne me considère pas comme quelqu’un qui transpire excessivement, mais j’ai horreur des taches de transpiration dans mes vêtements. Surtout lorsqu’il fait chaud et que je porte de jolies tenues. Ça me met mal à l’aise et l’aspect n’est pas très élégant. Je veux rapidement faire traiter mon autre aisselle afin que je n’aie plus à me soucier de rien ! »

Richard - 24 ans

« Le jour même, j’ai remarqué que je ne transpirais plus du côté gauche. Mais alors vraiment plus du tout, 100 % sec ! À droite, je transpirais encore, surtout pendant les efforts physiques. Maintenant, j’ai fait faire le traitement à droite aussi. Quand je cours, je transpire encore un petit peu, mais tellement moins qu’avant le traitement. »

Laura - 21 ans

« Je voulais un traitement miraDry parce que je transpire énormément et j’ai peur des taches de transpiration quand je porte un petit haut d’une certaine couleur. Je veux simplement pouvoir porter ce dont j’ai envie, sans avoir à tenir compte de mes taches de transpiration. Depuis le traitement, j’ai déjà acheté six nouveaux petits hauts ! Je me sens beaucoup plus sûre de moi. »

Christine - 47 ans

« Mes aisselles étaient constamment mouillées. Au travail, dans le magasin ou à la maison sur le canapé, vraiment toujours ! C’était aussi la raison pour laquelle je portais toujours des hauts sans manches. Si je ne le faisais pas, j’avais d’énormes taches de transpiration. Une amie m’a parlé de miraDry et j’étais tout de suite enthousiaste ! Maintenant, quelques semaines plus tard, je suis tellement heureuse du résultat ! »

Debbie - 36 ans

« J’ai récemment arrêté d’utiliser les antitranspirants et j’ai remarqué que je transpirais encore plus. C’était tellement agaçant ! Depuis, j’ai fait traiter l’aisselle gauche et je constate une grande différence entre l’aisselle traitée et l’aisselle non-traitée. À gauche, je transpire beaucoup moins et je ne pue plus. »

Tom - 41 ans

« Ma femme m’a motivé pour essayer miraDry. Elle n’arrêtait pas de dire à quel point je transpire. Deux semaines après le traitement de mon aisselle gauche, j’ai porté ma fille en haut d’une colline et j’ai voulu montrer le résultat de miraDry à mes amis. Je leur ai montré mon tee-shirt mouillé d’un côté et presque sec de l’autre. Le résultat du traitement était très visible ! »
Je me sens beaucoup plus sûre de moi !

Jess Donckers

Ma confiance en moi a considérablement augmenté !

Jess est un mannequin et une présentatrice belge


« Une présentation devant une salle comble. Je réussis à contrôler mon stress jusqu’à ce que je monte sur le podium. Ensuite, ce sont les sueurs froides et mes aisselles sèches parfumées aux fleurs se transforment en un nuage humide. Étant donné que je me connais, j’ai soigneusement choisi ma robe afin d’éviter à tout moment que les autres personnes puissent remarquer quoi que ce soit.

Sueurs froides

Cela m’arrive à chaque fois que je me trouve devant un groupe de personnes et que je prends la parole toute seule. C’est à chaque fois un énorme défi, un obstacle gigantesque à cause de ma peur des podiums et les sueurs froides ne me facilitent pas vraiment la chose. On dirait alors qu’un petit morceau de confiance en soi se dissout, comme un comprimé effervescent dans un verre d’eau. Quand j’ai été contactée par bo medical, j’ai tout de suite su que je voulais coûte que coûte essayer le traitement. J’ai appris que la confiance en soi est un élément capital qui détermine en grande partie le regard qu’on porte sur soi. Et ceci détermine à son tour le regard que les autres portent sur vous. Une chance de supprimer ce moment d’incertitude, et d’autres, ne peut qu’apporter de la valeur ajoutée. Sans grande hésitation, j’ai accepté le traitement. Grâce à mon témoignage personnel, j’espère que vous pourrez immédiatement évaluer l’impact que ce traitement peut avoir, tant pour les personnes qui souffrent de transpiration excessive, que pour celles qui se sentent facilement mal à l’aise et peu sûre d’elles.

Le traitement

Arrivée à Gand, première rencontre avec le médecin qui me met tout de suite à l’aise. Dès que je suis prête, je peux m’allonger sur la table et l’aisselle est préparée pour l’anesthésie. Un gabarit qui indique précisément au médecin où il doit faire les piqûres est appliqué sur l’aisselle. Les premières piqûres sont un peu virulentes, mais rapidement mon sourire réapparaît et je ne peux que profiter des conversations intéressantes et de l’adrénaline qui traverse mon corps vu qu’il s’agit d’un terrain parfaitement inconnu pour moi. Une fois que l’anesthésie fait effet et que je ne peux plus rien sentir, le médecin commence avec l’appareil qui supprimera mes glandes sudoripares. Un traitement indolore, mises à part les quelques piqûres un peu virulentes qu’on sent légèrement, donc pour une fois, pas besoin de souffrir pour être belle…

Après le traitement

Entre-temps, nous sommes déjà quelques mois plus loin et je suis énormément satisfaite du résultat. Les aisselles restent sèches, le déodorant est parti à la poubelle et je peux vraiment mettre toutes les robes ou chemisiers dont j’ai envie. Une amélioration formidable et ma confiance en moi a considérablement augmenté, il ne me reste plus qu’à m’occuper de ma peur des podiums. »
Les aisselles restent sèches, le déodorant est parti à la poubelle et je peux vraiment mettre toutes les robes ou chemisiers dont j’ai envie. Une amélioration formidable et ma confiance en moi a considérablement augmenté.